Edito

La volatilité des marchés financiers mondiaux (actions et obligations souveraines notamment) augmente au fur et à mesure qu'approchent des échéances cruciales : tout d'abord fin juin puis fin août, dates auxquelles la Grèce devra effectuer d'importants remboursements de dettes (1,6 Mds € fin juin, 6,9 Mds € mi-juillet et 4,3 Mds € mi-août) puis octobre 2015, date anticipée par la majorité des opérateurs de marché pour le lancement par la FED de la séquence de hausse des taux courts américains.

 

De notre côté, nous restons fidèles à nos convictions et anticipons toujours un accord entre la Grèce et ses créanciers cet été, et donc un maintien du pays dans la zone euro. De même, notre anticipation est celle d'un début de hausse des taux courts américains en décembre 2015 voire début d'année 2016.

 

Par ailleurs, il nous semble que la remontée des rendements des emprunts d'état des pays de la zone euro (Bund allemand en tête) est certes brutale mais vertueuse puisqu'elle comble une partie des anomalies constatées ces derniers mois. Surtout, cette remontée devrait rester contenue car la BCE "administre" le marché par ses achats massifs d'actifs (60 Mds € par mois).

 

Inquiétude (sur-réaction) des opérateurs, forte volatilité des marchés, "administration" des marchés de taux par la BCE en Europe, visibilité à 12-18 mois sur les taux européens toujours grâce à la BCE, timide mais réelle reprise économique en Europe, confirmation à venir de la vigueur de la croissance américaine... Bref, nous restons résolumment optimistes et il nous semble que la situation actuelle est porteuse d'opportunités d'investissements, financiers et non financiers, pour ceux qui sont prêts à les saisir.

 

Sur ce sujet, nous avons de nombreuses idées que nous souhaitons partager avec vous.

 

Romarin BILLONG

Président

Actualités

Évolution de notre sélection de fonds au 30/09/2016

A l'approche de ses 5 ans d'existence, âge qui constitue généralement la deuxième marque pertinente en matière de gestion d'actifs, nous dressons le bilan de notre sélection de fonds.

 

Dans des marchés émergents ayant fortement rebondi en 2016 (+16,01 % et +9,36 % respectivement pour les indices actions et obligations), les fonds émergents de notre sélection ont connu des performances très disparates. On relèvera le rebond très significatif des fonds actions Amérique Latine qui font un peu mieux que le pairs mais qui surtout font deux fois mieux que l’indice.

 

Alors que les marchés américains et européens ont poursuivi sur leur tendance (haussière pour les USA depuis 5 ans et négative sur l’Europe depuis 3 ans), nos fonds « historiques » ont déçu en 2016. Nous sommes allés chercher la croissance européenne sur les fonds actions petites et moyennes capitalisations dont la plupart a été intégrée courant 2016.

 

Quant à notre approche sectorielle, il fallait miser en 2016 sur le secteur de la technologie pour avoir une performance positive en ligne avec l’indice MSCI World tandis que la santé ou le luxe reculent.

 

Enfin, la gestion diversifiée dans son ensemble ayant largement souffert depuis le début de l’année (performances globalement fortement négative), l’excellente performance des fonds diversifiés de notre sélection en 2016 met en exergue la valeur ajoutée d’une bonne sélection de fonds.

 

Lire le détail

 

Patrimonial : nous commentons les jurisprudences parues ces derniers mois

Réseaux sociaux

Vous pouvez désormais retrouver la Financière Dioclès sur Twitter sous le pseudo @FinDiocles.

 

Abonnez-vous à notre compte et vous recevrez régulièrement les informations économiques, patrimoniales ou financières qui nous semblent encourageantes, intéressantes voire déterminantes.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Financière Dioclès Directeur de la rédaction : Romarin BILLONG Site hébergé par 1&1 : www.1and1.fr - 0970 808 911